image

Qu'est-ce que l'Airsoft?

Qu’est-ce que l’Airsoft?

 

Si vous pouviez choisir entre monter une équipe de guerriers, faire de la reproduction historique, de la compétition ou juste vous amuser entre potes quel choix feriez-vous ? Et bien avec l’airsoft, pas besoin de choisir,  tout cela est possible !

 

Histoire : Quand une restriction crée une passion

L’Airsoft tient ses origines de la période post seconde guerre mondiale au Japon, la nouvelle constitution d’alors réglemente la détention des armes à feu par la population, suite au traité de paix imposé par les Américains. La réglementation est tellement stricte qu'il est pour ainsi dire impossible d'avoir une arme à feu chez soi et encore moins une arme de guerre dans un but de collection, y compris les armes neutralisées.

Cependant la ferveur des collectionneurs japonais pour les armes à feu vint à pousser une entreprise, Maruzen, à fabriquer des répliques d’armes en plastique par manque de moyens ou par pénurie d'armes neutralisées.

Maruzen, qui fut dans les années 60 pionnière en la matière, créa des répliques d'armes coulées, en plastique totalement inerte, à usage de collection. Parfois ces répliques étaient faites en résine et métal avec des parties non-fonctionnelles à l'instar des vraies.

Ensuite, l’entreprise Tokyo Marui fut la première à créer une réplique fonctionnelle propulsant des billes en plastique de 6mm avec une puissance inférieure à 2 joules (norme Japonaise). Le tout premier modèle était créé ! C’était un FAMAS, réplique qui est parfois, de nos jours, utilisée par l’armée française pour son entraînement et ses simulations.

Bientôt, les possesseurs de ces répliques, plutôt que de continuer le tir sur cible en vinrent à se tirer dessus, c’était le début de l’incroyable épopée de l’airsoft.

airsoft2-1

 

Faites de l’airsoft ! Pas la Guerre !

Comme le GN, l’airsoft a pour première base la simulation. Personne n’est là pour véritablement « faire la guerre ». Ce sont des « répliques d’armes » et cette distinction est l’une des plus importante de la discipline ! 

L’importance du langage.  

Peu importe votre passé, votre expérience, que vous soyez un vétéran ou un étudiant il vous faut respecter ce langage.  Car l’airsoft, contrairement aux autres passions et hobbies que vous pourriez pratiquer, est plus facilement vulnérable aux a priori et aux préjugés.

Ce peut être effrayant, pour des moldus, de tomber sur des personnes équipées de la tête aux pieds en véritables mercenaires ou tout simplement portant une réplique d’arme qui ressemble en tout point à une arme véritable.

Cette déstabilisation que notre accoutrement peut apporter aux spectateurs peut parfois créer quelques moments difficiles (appel à des forces de l’ordre, peur d’un promeneur…). Tout cela est d’autant plus dur que la situation actuelle le permet (crise des attentats, angoisse ambiante).

Tout cela pour dire que le langage, aussi futile que cela puisse paraître, est l’élément déterminant pour éviter les mauvaises surprises. Même si vous avez une organisation très rigoureuse.

 

Les mots à éviter :

  • Arme VS réplique airsoft

Les pratiquants bannissent ce mot de leur vocabulaire pour deux raisons :

1) il provoque l'amalgame dans l'esprit du public et des nouveaux joueurs.

2) au sens de la loi (en France le décret n°99-240 du 24 mars 1999 [archive]), les répliques d'airsoft ne sont pas des armes, mais des lanceurs de billes ayant l'apparence d'une arme.

  • Tuer VS Out, éliminer du jeu

  • Guerre/ bataille VS On fait une partie, une OP.

 

Une recherche d’immersion

  • Tenir une embuscade dans une forêt, la pluie vient taper sur votre casque et voilà que vous vous retrouvez en pleine guerre du Vietnam ! Votre réplique ruisselle et on ne peut voir sur votre visage aucune autre expression que celle blasé d’un JI qui attend son heure…

  • Marcher en colonne, la neige commence à tomber et vous voilà propulsé à la bataille de Stalingrad ! Les doigts gelés, jamais loin de la queue de détente, et les craquements de la neige sous les rangers des gars qui vous précèdent.   

  • Avancer derrière les lignes ennemies, tous tes amis se sont fait sortir et il ne reste plus que toi pour les empêcher de progresser vers ta base, te voilà propulsé dans « il faut sauver le soldat Ryan »

  • Tu choisis de lâcher ta réplique longue pour ne prendre que ton PA ? Il reste 5 minutes de jeu ?  Te voilà parti en mode John Wick à l’assaut des lignes ennemies. Adrénaline garantie.

 airsoft4

 

Un fort vecteur de lien social

A partir du moment où l’on fait deux équipes adverses il y a forcément des rivalités : mais il y a surtout de la fraternité entre les joueurs de la même équipe. Cette collaboration rapproche les personnes, parler entre passionnés amène forcément des discussions intéressantes.

Et, en dehors des périodes de jeu, que ce soit autour d’un feu ou en zone neutre vous pourrez raconter votre dernière partie et replonger vos compagnons dans l'intensité des actions vécues.

 

 20180520_095416

OP la PUG, par la Bat Ryu

 

Diversité de formats

D’une poignée de joueur à plusieurs milliers de participants, de quelques heures à plusieurs jours, d’un petit terrain à des dizaines d’hectares… On trouve vraiment de tout en airsoft.

Généralement on distingue trois types de formats :

  • Les dominicales, jeux sur une journée, voire un après-midi, la dominicale est souvent le modèle le plus adopté par les associations. De 4 à 60 joueurs la dominicale se veut souvent plus « détente » et propose des scénarii simples pouvant facilement occuper la journée.

  • Les OP « classiques » rassemblent entre 30 et 200 personnes, généralement sur un week-end - du samedi matin/soir au dimanche soir, dans un lieu plus vaste. La plupart du temps les parties continuent dans la nuit et reprennent le dimanche matin lorsque les conditions de sécurité le permettent. On y retrouve souvent des scénarii plus élaborés allant d’une heure à un après-midi complet.

  • Les OP de Masse s’étendent souvent sur plusieurs jours, du vendredi soir au dimanche soir par exemple.  Elles sont caractérisées par l’accueil d’un très grand nombre de participants : jusqu’à 3000 personnes pour Border War et 4000 pour Berget, les plus grandes OP d’Europe ! En France, des Op de masse comme celles-ci sont rares et  dépassent rarement les 1000 participants .

 

Diversité de prix

Les associations organisatrices d’airsoft sont hétéroclites et les prix des participations aux frais sont d’autant plus variés. En fonction du statut de l’organisation, les PAF seront différentes. Tout dépendra de l’investissement des organisateurs ou de leur honnêteté envers les joueurs. Une association qui paie une assurance, des accessoires de jeu ou loue du matériel aura tendance à faire débuter ses prix aux alentours des 5 euros.

Des joueurs qui organisent occasionnellement une partie sur leur terrain pourront faire des parties gratuites ou à cotisation symbolique (pot de fin de journée).    

Des prix plus forts peuvent être pratiqués pour des événements spéciaux, avec un lourd dispositif mis en place, de 20 à 100 euros (voire plus).

Bien sûr, comme pour toute offre, le prix peut diminuer si l’organisation a un nombre de joueurs important (elle pourra donc répartir ses frais sur un plus grand nombre) ou le prix peut augmenter (terrain exceptionnel, par exemple).

 

Airsoft vs PaintBall

SIMILARITÉS

  • Il faut une réplique (airsoft) ou un lanceur (paintball).  

  • L’objectif de base est de se tirer dessus.

  • Des modes de jeux spéciaux peuvent être appliqués.

  • Des règles permettent souvent de poser un cadre au sein duquel le jeu peut se créer.

 

DIFFÉRENCES

  • La proximité entre les joueurs et la taille du terrain : en paintball la portée de tir est courte, le terrain doit être de taille réduite ou extrêmement aménagé pour un jeu efficace.

  • L’investissement : participer à une partie d’airsoft reviendra souvent moins cher, tandis qu'au paintball le prix des lanceurs, de la participation et des protections sera plus élevé.

  • Les objectifs et scénarios seront souvent plus élaborés en Airsoft, un terrain plus grand permettra plus de choses et les équipements « repro » faciliteront un jeu plus « roliste ».

  • Les rencontres : le prisme des personnes présentes en paintball se concentrera plus facilement sur du compétitif ou du jeu en club. En airsoft le joueur aura moins souvent un statut défini.

 

 20180722_132203

Dominicale de l'association AMG

Commentaires

Ajouter un avis

Attribue une note à cet article

Publications récentes